On a testé pour vous le générateur de logos …et on a eu peur du résultat

Vous avez sûrement entendu parler de ces fameux sites qui vous promettent une réalisation « sur mesure » de votre futur logo. C’est simple, efficace et le résultat est (parfois) réussi ! Vous obtenez votre logo gratuitement, rapidement (ou presque) sans être, pour autant, un graphiste. Il est prêt à apparaître sur vos réseaux sociaux, à faire partie de votre charte graphique et à devenir la base de votre identité de marque. Bref, ce logo va faire partie de votre vie, pour le meilleur et pour le pire ! Êtes-vous bien sûr de vouloir dire oui ? Est-ce que c’est vraiment le bon ?

Bon, on a mis notre fierté de côté, et tels des agents doubles, on a testé un générateur de logos spécialement pour vous !

 

Dis-moi Jamy, comment ça marche le générateur de logos ?

Hop, ça y est nous voilà sur la plateforme, prêtes à récupérer notre superbe nouveau logo. Nous devons tout d’abord répondre à un rapide questionnaire. Première étape, quel est notre nom ? Quel est notre secteur d’activité ? Quels mots-clés correspondent à l’image que notre logo doit renvoyer ? Et enfin, pour aider l’algorithme, nous passons un quizz permettant de définir notre style. Et c’est bon, le site mouline…

Tadaaam !

Une série de logos (au goût plus ou moins douteux) nous est proposée. C’est très rapide. Ils sont forts ces graphistes du futur ! Étonnement, la liste de logos est plutôt longue et nous pouvons toujours « en voir plus ». Notre œil de graphiste professionnel souffre, mais pour le commun des mortels, « ça passe ». Heureusement, le graphisme est généralement assez simple. La plupart sont des logos typographiques où ne figurent que le nom de la marque. Less is more. Certains sont associés à des icônes, souvent en lien direct avec le secteur métier. Pour l’originalité, il faudra repasser ! Nous n’allons pas vous mentir, il n’y a rien qui nous paraît transcendant… Tous ces choix de logos nous donnent comme une impression de déjà vu. Allez dire à un architecte que sa maison vaut celle d’un constructeur…

Pour une fois, on est bien d’accord avec vous, même votre secrétaire aurait pu les faire ces logos ! Ils manquent cruellement de singularité, d’équilibre et sont quelquefois hors-sujet. Tant dans l’univers visuel (couleurs, typographies, style) que dans l’iconographie. En effet, il s’agit d’un générateur automatique et donc d’un calcul mathématique. Le résultat, même s’il peut paraître satisfaisant, restera approximatif. La lisibilité laisse également souvent à désirer car la disposition des éléments et des couleurs est aléatoire. On peut dire que le générateur de logo, c’est un peu la roulette russe ! Mais gratuite, la roulette…

Ce sont les larmes aux yeux que nous sélectionnons une proposition de logo. Eurêka, nous avons la possibilité de la modifier ! Couleur (parmi une sélection de palettes), typo, tailles… même l’icône peut être changée. On finit même par se prendre au jeu. Alors évidemment, nous, on a changé beaucoup de choses…

Alors la petite voix, t’en dis quoi du générateur de logos ?

 

Elle comprend pourquoi ce genre de site est attractif ! Ce système du « tout-fait tout-de-suite » peut être pratique pour une marque naissante, qui n’a pas forcément les ressources nécessaires pour se payer un professionnel de l’identité de marque. La course contre-la-montre et les délais parfois longs peuvent également vous faire renoncer à choisir une agence de communication.

Un conseil tout de même, n’essayez pas de vous approprier une illustration trop compliquée. Choisissez un graphisme ou une typographie simple, qui passeront mieux les années.

On va prêcher pour notre paroisse mais rien ne vaut un suivi accompagné avec une agence de communication ! Vous aurez un réel échange où vous expliquerez qui vous êtes, votre projet, vos ambitions. L’agence comprendra vos attentes en termes de communication et d’image de marque, elle pourra ainsi s’approprier vos valeurs. Et surtout, l’agence travaillera sur ce à quoi (ou à qui) vous ne voulez pas du tout (mais alors pas du tout) ressembler.

 

Le générateur de logo : ce qu’on a retenu pour vous (et aussi pour ceux qui n’ont pas eu le courage de tout lire) :

Les plus

– Cela vous a pris 1h, entre le café du matin et la pause déjeuner.

– Votre budget alloué à la communication n’a pas été entamé.

– Vous pouvez utiliser cet argent pour vous offrir le dernier modèle de taille crayon automatique, indispensable au développement de votre entreprise.

– Vous avez évité des nuits blanches de questionnements sur les propositions de votre graphiste.

– Vous avez la sensation d’être devenu graphiste, un génie de la création.

– Vos amis vous disent « waw, tu as un nouveau logo » et vous pourrez répondre fièrement : « c’est moi qui l’ai fait ».

– Vous faites regretter à votre ex d’être parti(e) avant d’avoir exploité tout votre potentiel.

Les moins

– Passer de charpentier à graphiste n’est pas inné, Il faut posséder une certaine sensibilité artistique pour différencier les bons des mauvais logos.

– Tout le monde vous répond « ah ! C’est… sympa » en vous fuyant du regard.

– Seuls vos collègues daltoniens trouveront votre identité visuelle à leur goût.

– Vous avez tiré la carte « petite fille » au loup garou, personne ne vous remarque.

– Vous devenez peu à peu un loup solitaire car même votre mère à honte de monter dans votre nouveau Kangoo floqué par vos soins.

– Aimeriez-vous voir votre superbe tatouage infini sur le bras de votre pire ennemi ? Il en va de même pour votre logo auprès de vos concurrents.

– Vous êtes envahi par la clientèle de l’honnête couturière du coin alors que vous vendez du CBD Thérapeutique.

– On vous répète si souvent « Ça me fait penser au logo Pepsi ! » que vous finissez par faire des acouphènes et que les canettes vous poursuivent même dans vos pires cauchemars.

 

3 idées reçues sur la création d’un logo

Lorsqu’on travaille l’image de marque de son entreprise ou de sa collectivité, la création du logo est une des premières missions que l’on se fixe. Véritable écusson portant les valeurs de l’activité, le logo prend toute son importance dans une stratégie de communication bien menée. Dans cet article, on revient avec vous sur 3 préjugés populaires au sujet de la création d’un logo. Suivez-nous !  

 

Préjugé 1 : Créer un logo ? Je peux le faire moi-même !création de logo

Et c’est donc pour cette raison qu’on forme nos jeunes au métier de graphiste…[blague]

On peut aussi construire sa maison tout seul mais cela demande de maitriser les outils, connaître l’environnement de travail, de la méthodologie et surtout, du temps !

Bah comme un logo en fait !

Je vous l’accorde, la comparaison est un chouia exagérée. Je vous entends déjà dire qu’une jolie écriture avec une couleur bien choisie peut faire l’affaire. Et vous n’auriez pas complètement tort. On peut aussi construire une cabane en forêt pour y vivre. Cela ne va qu’un temps !

Plus sérieusement, faire appel à un graphiste professionnel ou d’une agence de communication pour la création de son logo c’est prendre au sérieux sa communication visuelle et plus précisément de son identité de marque. Celle-ci se retrouvera sur tous vos supports de communication qu’ils soient print ou digitaux : cartes de visite, dépliant, flyer, enseigne, réseaux sociaux, site Internet et j’en passe !

Certes, c’est un budget – je ne me lancerai pas dans le débat du combien – mais en négligeant cette partie stratégique, vous prenez le risque de, au mieux, ne pas vous faire remarquer, au pire, dégager une mauvaise image. Fin du game !

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Tout à fait ! C’est pourquoi, je vous invite à regarder attentivement les réalisations et les références des professionnels qui vous entourent.  Sentez-vous à l’aise avec ses propositions. Vous parlerez alors le même langage, les échanges seront plus fluides et le travail plus pertinent et efficace.

(Et au lieu d’une cabane, vous aurez une villa avec piscine)

 

Préjugé 2 : Les graphistes adorent avoir carte blanche pour la réalisation d’un logo

“C’est vous les professionnels, faites-moi rêver !”identité visuelle

Et bien, au risque de vous décevoir, nous, ça ne nous fait pas rêver la carte blanche mais alors pas du tout ! Un mythe s’effondre.

Attention à ne pas confondre artiste et graphiste. La création graphique n’est pas un loisir (cf paragraphe précédent). Un logo qui fonctionne est un logo qui fait sens et qui répond donc à un brief créatif. À un quoi ?

Plus simplement, nous avons besoin d’un cahier des charges afin de répondre précisément à une demande. Le mieux reste encore de rencontrer le professionnel qui réalisera votre identité visuelle. Les questions permettent de mieux cerner les attentes et de rebondir sur les besoins. Le tête à tête donne l’occasion de conseiller, recadrer et ainsi pouvoir…viser juste !

Chez Ö Studio, notre agence de Vannes, on vous dira certainement d’éviter d’illustrer un robinet qui fuit si vous êtes plombier. Les générateurs de logos le font très bien.

Car oui, l’agence de communication a pour rôle d’être force de proposition et elle préfèrera vous proposer un logo unique, et bien pensé. Mais au-delà de ça, nous avons besoin de travailler à partir d’axes créatifs, construits autour d’une idée, voire d’un objectif, qui permettent de nous exprimer librement.

On ne va pas se mentir, les graphistes sont souvent très copains avec Pinterest où les tableaux ne sont pas des peintures !

 

Préjugé 3 : Le design c’est tendance !

“Tout est magnifaïque ma chérie !”

Les modes, ça s’en va, ça revient. C’est cyclique.

Indéniablement et sans même le reconnaître, le designer (pour ne pas dire graphiste) s’attache aux nouvelles tendances. La faute à Pinterest ça ! Et comme c’est (entre autres) une source inépuisable et bien les tendances changent et évoluent très rapidement.

Grosso modo, un logo est déjà démodé au bout de 2 ans alors qu’on lui attribue une durée de vie entre 5 et 10 ans.

Au risque de nous répéter, un logo n’a pas pour but premier de faire joli. Sinon on mettrait Cristina Cordula sur le coup… Le tout doit néanmoins avoir un équilibre artistique afin d’être compréhensible. C’est la première des composantes.

À l’agence, on aime les logos au style épuré (qui ne veut pas dire sans travail), qui se fondent parfaitement dans des environnements graphiques affirmés.

Allez, encore un parallèle à la mode… Nous avons tendance à dire qu’un logo est une pièce indémodable que l’on a tous (et surtout toutes) dans nos armoires : un classique, facile à adapter et que l’on porte avec un vêtement plus osé. Vous avez l’image ?

Suivre une tendance reviendrait donc à dire que l’on souhaite ressembler à l’autre. Ce n’est pas la démarche d’un graphiste qui cherche la singularité, le petit truc qui fera « waouh, on aurait jamais pensé à ça mais c’est exactement ce qu’on veut dégager ». CQFD

Vous l’avez compris, créer le logo sa société ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air ! C’est pourquoi Ö Studio vous accompagne dans tout le processus créatif, de l’étude de votre secteur d’activité, à la conception de votre logo professionnel, afin de vous garantir une image de marque cohérente, moderne et intemporelle. 

Contactez-nous pour en discuter autour d’un bon café à l’agence de Vannes !

T Shirt bonnet Paysagiste

Stratégie de communication : osez la différence !

Tous les mêmes et y’en a marre ? Nous vous expliquons comment ne pas avoir la même communication que vos concurrents.

Communiquer en 2022

Le consommateur n’attend plus seulement d’une entreprise qu’elle lui apporte un bien ou un service. Les discours simplistes, sexistes des années 60 ne font plus rêver personne. Le consommateur n’est (presque ?) pas dupe.

De nouveaux paramètres ont pris une forte place dans les habitudes de consommation. On veut du bon, on veut du local, mais on veut aussi de l’éco-responsable.

Et à force de prêcher la bonne parole, les consommateurs ont réussi à faire plier les entreprises qui essaient de répondre au mieux aux aspirations plus que nécessaires de cette société.

Ajoutez à cela une concurrence de plus en plus forte et vous voilà noyé parmi vos concurrents. Naturellement, vous allez chercher à vous démarquer. Probablement par le prix ou par votre communication.

Mais quand tout le monde se veut différent, ne finissons-nous pas par être tous identiques … amateur de philosophie faites-vous plaisir 😉

 

Mêmes valeurs, mêmes envies d’être différent, mêmes problématiques

Quand un client vient nous voir pour la création d’un support de communication ou pour un accompagnement stratégique, et qu’on en arrive à la question des valeurs ou de ce qui rend différent leur offre c’est souvent la même chanson. Difficile de se démarquer.

La tentation de pondre un discours qui coche toutes les cases à la mode est grande.
À l’agence on ne mange pas de ce pain-là. Une image porteuse de sens et construite sur de vrais principes sera plus forte et pérenne, qu’une image botoxée.

Lou yétu (start-up de bijoux), comme beaucoup d’autres entreprises, en a fait les frais. Malheureusement peu importe que ces allégations soient vraies ou fausses, une fois la machine lancée, il est difficile de l’arrêtée.

La solution : achetez-vous une vraie personnalité (de marque)

Et pour se faire, pensez à :

  • Visuellement, instaurer un univers graphique unique et reconnaissable. Pour ceux qui se demandent si la charte graphique c’est vraiment utile, vous avez votre réponse : c’est la garante de supports print ou digitaux homogènes et identifiables. Si vous faites une campagne très cool, mais que personne ne sait que c’est la vôtre, c’est moins cool.

  • Bichonner votre communication, miser sur du qualitatif. Faites appel à une agence de communication. Reste-t-il encore des codes à casser, des concepts publicitaires originaux qui dénotent ? Oui !­­­ Pouvez-vous les trouvez tout seul ? Probablement, après deux mois à vous triturer les neurones dans tous les sens entre votre compta et vos autres obligations de dirigeants.

Mais comme l’agence Ö Studio est là pour ça, on ne va quand même pas vous laisser souffrir à notre place.

Quelques réalisations faites à l’agence

 

 

Agence de communication : zoom sur nos métiers (plutôt cool)

Nos métiers on les aime et on vous en parle. Directrice artistique, graphiste ou encore conceptrice rédactrice publicitaire vous connaissez sûrement le nom de ces métiers mais connaissez-vous vraiment leurs fonctions ?

Graphiste : option LV4 image 

Aussi appelé Infographiste, designer graphique, la graphiste travaille sur des supports numériques ou papiers.  Sa mission première est d’analyser les besoins du client et de les traduire par un visuel.

Son rôle ne se cantonne pas à la production de logos ou d’affiches.

La graphiste peut être amenée à produire des packaging, du webdesign, des goodies, des covering en tout genre, des magazines, de la signalétique, des vêtements, … 

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le plus gros du travail n’est pas dans la production mais bien dans la recherche graphique effectuée en amont, suivi de dizaines d’essais et crayonnés (sur tablette ou sur papier, oui, oui ça existe encore).

En création graphique il faut savoir travailler pour la poubelle. Tout votre travail ne sera pas retenu mais ça fait partie du processus.

Si le métier t’intéresse, sache qu’il faudra savoir accepter les critiques plus ou moins constructives. Quand on touche au visuel le « j’aime, j’aime pas » est quasiment inévitable.

Quand on est graphiste, savoir dessiner à la perfection n’est pas une nécessité mais c’est un vrai plus. Avec les outils modernes, tout le monde peut bidouiller sur son ordinateur et arriver à sortir un logo, mais la différence avec un pro qui va avoir un œil aiguisé et le sens des proportions est flagrante.

Conceptrice rédactrice : La mineure des temps modernes

Vous ne vous êtes jamais demandé qui se cache derrière le fameux « venez comme vous êtes, ou « Je suis passé chez Sosh » ?

Il existe un métier en création bien spécifique pour ce genre de travail : la conceptrice-rédactrice. Aussi appelée CR (pour les intimes) ou conceptrice publicitaire ou copywriter, elle est chargée de rechercher des concepts, des mots, des slogans qui serviront une communication à destination d’un public.

Comme son nom l’indique c’est un métier à deux volets. Le premier, (roulement de tambour ….) la conception, il s’agit de la partie de recherche de concepts que ce soit pour un logo ou pour une campagne publicitaire

Vient ensuite la partie rédaction. Avec l’écriture des accroches, de body copy, des signatures et des slogans. 

Elle manie avec agilité la langue française et les figures de style pour créer des phrases percutantes qui resteront gravées dans votre mémoire de consommateur.

Empathique, curieuse, pragmatique, créative, elle est en perpétuel quête de sens dans tout ce qu’elle crée. 

Il faut pouvoir se plonger dans des univers parfois très éloignés du nôtre, et en connaitre les codes rapidement. C’est là tout le charme de ce métier.

Comme pour la graphiste le travail de recherche est très conséquent. Google est clairement notre meilleur ami.

Vous comprendrez alors aisément la métaphore du mineur, qui n’a de cesse de creuser, pour trouver le filon, la pépite.

Parfois on trouve du premier coup le nom ou le slogan parfait ; ce qui ne nous dispense pas de continuer à chercher et explorer toutes les options. 

Et parfois c’est le désert, la maison de retraite à 21h00. Rien ne sort pendant de longues minutes. 

Pour pallier à ce manque d’inspiration abyssale, on fait des pauses. Il n’y a rien de mieux pour stimuler l’arrivée de nouvelles idées que de revenir avec un cerveau frais.

Dans les agences, le CR travaille souvent en binôme avec le Directeur artistique. L’un s’occupe alors des mots et l’autre du visuel.

Directrice artistique : la cheffe d’orchestre

C’est la responsable de l’identité visuelle d’un projet ou d’une structure. En vraie cheffe d’orchestre du projet, elle oriente et brief son équipe. Dans les grosses agences de communication, le directeur artistique est lui-même chapeauté par le directeur de création. Et oui il y en a des métiers dans la création.

On peut être directrice artistique d’une agence de pub, de com’ mais aussi d’un festival ou d’un magazine, … Bref tout ce qui touche à la communication. 

Dans notre cas, la directrice artistique et Dirigeante, Julie, a un rôle à la fois de commerciale, de manager et de créative. Elle est au four et au moulin et doit garder un œil sur tous les projets en même temps. 

Au contact direct du client, elle prend note de leur problématique et doit présenter et défendre les réponses apportées par l’agence.

Nous en venons donc à ce fameux moment où vous devez pitcher votre idée ou votre visuel final devant le client. C’est à la fois du stress, de la pression, mais aussi un bon shoot d’adrénaline. Il faut être convaincu de ce que vous présentez pour être convaincant. Gare aux egos susceptibles, la critique fait partie du travail, il faut savoir la recevoir. 

Vous l’aurez compris l’aisance orale est un vrai plus. Pour être un bon directeur artistique,  il vous faudra aussi de bonnes qualités relationnelles, un sens aigu du travail en équipe et une ouverture culturelle qui ne va pas sans une bonne dose de curiosité. 

C’est un métier très complet, un peu touche-à-tout. Si vous bouillonnez d’idées et de créativité, il y a de fortes chances que ça vous plaise.

Venez nous rencontrer, vous verrez toutes les étapes de l’intérieur !

Du brief à la réalisation finale : notre processus créatif

Quand vous venez nous rencontrer pour un logo, un nom de marque ou pour une campagne de publicité, on vous écoute, on échange pour créer le brief. Puis dans les jours ou semaines suivantes vous recevez plusieurs propositions. Mais entre-temps, que s’est-il bien passé à l’agence pour en arriver à ce résultat. 

On a tendance à penser que dessiner un logo ça ne prend pas beaucoup de temps et c’est vrai, recopier le logo de Pepsi ne vous prendra pas plus de 2 minutes, mais ce même dessin a dû prendre à son concepteur des heures de réflexion avant d’arriver au résultat final. 

Le plus long dans un logo tout comme dans le naming ou les campagnes d’affichage ce n’est pas de les créer sur nos logiciels mais de les penser, d’imaginer le concept derrière. 

L’idée de génie qui dès le début sonne comme une évidence pour le projet ça nous arrive mais autant vous dire que ce n’est pas quotidien. Avoir une idée finalement ça se travaille. 

On va donc vous dévoiler les 5 commandements d’ Ö studio pour vous trouver LA bonne idée quel que soit votre projet.

1. Tu analyseras la concurrence

En marketing, on appelle cela le benchmark, ça désigne simplement le fait d’observer, d’analyser, de comparer des entreprises concurrentes. Dans le benchmark, il y a tout un tas de données qui peuvent être analysées et comparées : les prix, le ton de la communication, la fréquence de posts sur les réseaux sociaux, la palette de couleurs utilisée, … 

C’est une phase durant laquelle nous allons nous immerger dans l’univers de votre secteur d’activité. Pour en comprendre les enjeux et les spécificités.

L’idée, c’est de regarder le concept, l’identité visuelle de vos concurrents pour chercher à faire mieux et différemment. 

 

2. Tu passeras l’entreprise au peigne fin

C’est pour cela que la phase d’entretien avec vous est si importante, mieux vous connaître, c’est aussi mieux comprendre votre entreprise, ses valeurs, … 

Nous dressons donc les forces, les faiblesses de votre entreprise. Et nous remettons au clair vos problématiques afin d’entamer la partie stratégie de communication.

 

3. Tu creuseras, encore et encore afin de trouver le bon filon

Les deux premières étapes sont essentielles pour aboutir à cette troisième étape qui consiste à trouver la bonne direction artistique et ou stratégique pour votre projet. On vous parle alors d’axe stratégique. Et pour trouver, il faut chercher. Que ce soit pour du naming, pour un logo ou pour un message publicitaire, on mobilise toutes nos expériences, notre culture, on se nourrit absolument de tout. Pinterest et Google sont nos meilleurs amis. 

 

4. Tu choisiras un ou plusieurs bons filons pour en extraire le meilleur 

Une fois que l’on a trouvé la ou les bonnes idées, on développe le tout et on finalise la partie création visuelle pour aboutir au fameux carnet de propales. Le temps de recherche graphique ou stratégique en amont de la réalisation graphique peut sembler important mais pour nous c’est un vrai gain de temps qui nous permet de ne pas divaguer lors de la conception graphique.

Et voilà, après ce processus plus ou moins long (en fonction de vos besoins) on arrive au résultat final. Vous vous en doutez, tous les projets ne nécessitent pas ce travail de réflexion stratégique complet. Si vous avez par exemple une petite entreprise de plomberie, que votre notoriété est déjà forte, on ne va pas vous proposer tout le travail que l’on proposera à un restaurant qui vient d’ouvrir et qui cherche à se positionner sur son marché. Quoi que…

La moindre question sur les étapes à franchir pour votre réaliser votre projet de communication ? Contactez-nous

 

6 raisons de faire appel à un photographe professionnel

Quand on parle d’image de marque on parle …… d’image. Que ce soit pour votre site internet ou pour n’importe quel autre vecteur de communication elle est quasiment indispensable.

En tant qu’agence de communication nous faisons souvent appel à un photographe professionnel pour nos réalisations. Tony Guillou si tu passes par là ??

Et autant vous dire qu’en tant que directrice artistique il n’y a pas mieux pour travailler. On sait que la tentation est grande de prendre son smartphone ou son reflex et de faire soi-même parfois mais cette solution ne peut être que temporaire.

Vous faites peut-être partie de celles et ceux qui ont bien conscience que leur talent de photographe est limité et vous allez donc faire un petit tour sur Istock, adobe stock, shutterstock et les autres. On aurait pu vous dire « fuyez les banques d’images » mais la réalité c’est qu’elles sont de plus en plus qualitatives et économiques. D’ailleurs, et ce n’est un secret pour personnes, les agences les utilisent aussi.

Les avantages de faire appel à un photographe professionnel

Voici donc une petite liste non-exhaustive des avantages à faire appel à un photographe professionnel.

1.  La cohérence

Que ce soit dans l’élaboration de la stratégie d’image de marque jusqu’à la réalisation de logos, flyers, brochures, cartes de visite et tutti quanti notre modo c’est la c-o-h-é-r-e-n-c-e. Et trouver des photos cohérentes les unes aux autres sur les banques d’images c’est un travail qui peut nous prendre des heures et qui n’égalera pas une série de photo de votre équipe prise dans vos locaux par exemple.

2. L’exclusivité

Les photos en libre de droit ne sont pas vendues uniquement à vous ou à notre agence de communication, chaque photo a peut-être été téléchargée des milliers de fois surtout celles qui sont plutôt génériques et adaptables à pleins d’usages. Alors dites-vous bien que vos concurrents ont sûrement eu la même idée que vous.

3. Une prestation de mise en scène / en valeur

Avoir l’œil c’est un métier, le photographe saura comment mettre en valeur vos produits, vos locaux ou vos dernières réalisations. Un peu stressé par l’idée de poser devant l’objectif ? On vous rassure on est tous un peu mal à l’aise quand il s’agit de se mettre en scène. Cet exercice plus au moins difficile se transforme très vite en un bon moment vous pouvez nous croire. Un bon photographe vous donnera toutes les indications nécessaires, vous n’avez plus qu’à vous laisser guider.

4. Le Gain de temps

Comme on vous l’expliquait un peu plus haut trouver LA bonne image libre de droit c’est du temps. (Au passage libre de droit ne veut pas forcément dire gratuite). Que ce soit pour la colorimétrie ou la composition de l’image vous n’avez pas la main sur ces facteurs et vous devrez donc vous adapter à ce que vous trouverez.

5. Authenticité et professionnalisme

Vos clients veulent du réel. Vous vendez des services de professionnels vos photos doivent l’exprimer. Vous êtes une super équipe de 5 collaborateurs passionnés par leur métier, mettez en valeur vos atouts dans une série de portraits.

6. Le sur-mesure

Vous avez déjà dû nous l’entendre dire mais nous sommes souvent à la recherche d’aplats sur les photos quand il s’agit d’y insérer du texte.  Un travail de mise en page facile quand les photos sont créées spécialement pour le projet mais plus difficile quand nous prenons des images toutes faites.